samedi 12 décembre 2009

Ecrire pour son chien ?

A la librairie amie, ce titre a explosé sous mes yeux, j'ai feuilleté la 4e de couverture et décidé de remettre cette lecture à plus tard.
Moi aussi, j'écris pour mon chien, mais la plupart du temps, j'écris dans ma tête, dans mes nuits, dans mes rêves. J'écris des mots cryptés en langue chien que seul mon chien peut comprendre.
Je lui envoie des messages subliminaux à défaut d'être sublimes.
J'imagine qu'il veille sur moi, j'y crois tellement que je l'ai parfois entendu respirer.
Ecrire pour son chien ?

A la mort de ma tante, alors que je m'essayais sans conviction à opérer des coupes dans le patrimoine mobilier, j'ai trouvé sur un petit coin de table, une enveloppe sur laquelle ma tante avait écrit ces mots " je reviens tout de suite". J'ignorais à qui le message s'adressait et la voisine venue m'aider me dit que ma tante avait pris l'habitude d'écrire à Myrtille, petite cocker noire, ma petite chienne à l'origine, qui préférait prolonger ses vacances à la campagne et tenir compagnie à ma tante.
Myrtille était une soignante, un de ces chiens qui guérissent.
Ma tante, après une opération ratée de la cataracte, perdait peu à peu la vue et son moral vacillait. Myrtille avait bien senti tout cela et moi avec. Les seuls moments où ma tante reprenait des couleurs, c'était la promenade avec Myrtille et l'idée de ne pas se retrouver seule à la tombée de la nuit. C'est ainsi que Myrtille resta un peu plus longtemps à chaque fois que je venais. Je ne conçus pas de chagrin d'être séparée de ma petite chienne, je savais que ma tante et Myrtille formaient un duo heureux et je venais régulièrement tous les vendredis pour me glisser dans leur intimité.
Je n'avais pourtant jamais découvert les petits mots.
J'en fus bouleversée.
Je le fus d'autant plus qu'il me semblait entendre les persiflages et les ricanements "pensez, elle écrivait au chien...", là où moi je lisais les mots d'une solitude que je n'avais pas su entendre et où malgré mes nombreuses venues, le soliloque était devenu comme une langue maternelle.

Il n'y eut jamais de railleries, je ne l'aurais pas permis.

Je n'écris pas sur un rabat d'enveloppe les mots que je réserve à mon chien, je noircis mentalement des dizaines de pages et quand alors je voudrais les plaquer sur le papier, ils m'échappent, ils se dissolvent sous l'éclosion des larmes, la feuille gondole et les rares mots rescapés finissent troués par la mine du crayon.
je n'ai pas d'explication ou plutôt si, j'en ai une, le chagrin m'empêche d'écrire.
Pourtant, si vous saviez tout ce que j'écris pour mon chien, tout ce que j'ai écrit pour tous mes chiens avant Bingo, des mots mausolées, des Taj-Mahal pour chiens, des mots d'amour pour des chiens aimés.
Un jour, ces feuillets naîtront, puissent-ils éclater en grands feux de Bengale !

Mon blog parle souvent de mes compagnons poilus, l'histoire de Bingo est ici ou là, mais comme dans toute histoire, il y a un début, le voici.
La fin, vous la connaissez...

8 commentaires:

Celsmoon a dit…

De jolies pensées pour toi, de doux mots, des larmes qui coulent en les lisant ! Mille Baisers

Diane a dit…

Émue, vraiment émue, le coeur qui tremblotte a la lecture de ce texte.
Je connais bien la souffrance de ne pouvoir écrire que dans nos coeurs, dans nos têtes parce que ça fait trop mal.

J'ai relu les débuts de Bingo qui m'avaient tellement impressionnée quand tu me les avais racontés par mail la première fois.

Je donne un immense méga gros baiser sur le front de ta souffrance ma Lolo.

Mango a dit…

Très émue en te lisant! Lu aussi le début de ton histoire. Que te dire qui puisse diminuer ta peine? Rien, bien sûr! Le temps dit-on, quelquefois, mais je sais que ce n'est pas vrai. je pense bien à toi!

souslesmots a dit…

J'ai eu de nombreux animaux, des compagnons de vie précieux, chiens et chats mais aussi des plus curieux des poules, des lapins, un hérisson.

Tous je les ai perdus..c'est la vie dit on, mais j'ai entendu respirer ma chienne pendant un an toute les nuits, me réveillant, comme lors de ses derniers instants, certains me visitent la nuit, en rêve, porteurs de messages je crois..

J'ai été très touchée par ton petit mot et je voulais te le dire, je lis souvent en silence, en saut de puce irréguliers.

Leiloona a dit…

Si je te dis que j'entends encore parfois Mao, tu ne seras donc pas surprise.
Et un jour, oui, tu auras la force de mettre tes mots sur papier. Des mots libérateurs. Et je serai la première à te lire.

Je suis contente de voir "Sous les mots" par ici.

Des bises ma Lolo.

Je danse sur un fil a dit…

Merci à vous toutes qui m'avez réconfortée et qui continuez de le faire.
Sous les mots, moi aussi, je vais parfois chez toi, mes escapades étaient devenues rares mais j'aurais plus de temps pour retourner admirer l'oeuvre et surtout la femme.

SaraCaline a dit…

De très beaux mots pour Bingo qui le méritait bien !!
Et douces pensées pour Lolo.

Anonyme a dit…

Ton doux compagnon vit encore très fort en toi et tu lui écris virtuellement tout ton amour... Comme d'autres construisent un Taj Mahal en marbre ou en matériau plus modeste pour rendre hommage à l'être disparu, tu lui construira un jour un poème, un livre, bref un monument de mots rien que pour lui.
Tout plein de bisous
Paloma le Chat