mercredi 17 juin 2009

La minute de poésie


J'étais en train hélas de me tordre de rire,
sans honte ni plaisir et sans savoir pourquoi,
lorsqu'apparut soudain la femme dans ma vie,
dans ma vie éphémère, intime par surcroît.
Ne sachant plus du tout quoi dire ou ne pas dire,
j'en riai de plus belle: elle en fut ébahie.

Nous étions devenus deux clowns inséparables,
sans honte ni plaisir et sans savoir pourquoi,
lorsqu'apparut soudain une ombre dans ma vie,
notre vie éphémère, intime par surcroît.
N'ayant jamais été qu'un enfant vulnérable,
j'en riai de plus belle: elle en fut ébahie.

Comme on prend et remet une fleur dans un vase,
sans honte ni plaisir et sans savoir pourquoi,
depuis cet inconnu s'amuse avec nos vies,
notre vie éphémère, intime par surcroît.
Un théâtre est mon coeur, les ombres sont chinoises,
le pardon est le seul pleur de ma fantaisie. .

Giani Esposito


Merci à

2 commentaires:

Celsmoon a dit…

Merci pour la poésie... quelle douceur dans ce bas monde... Je vois que tu es entrain de lire mère et fille, j'ai hâte de lire ton avis...j'avais vraiment aimé ce livre d'Eliette Abecassis !

Mango a dit…

"Notre vie éphémère, intime par surcroît". J'aime bien Gianni Esposito. Quel bon chanteur c'était avec son " clown est mort"!
PS: Ne compte pas sur moi pour la recette de gâteau! Je suis nulle! et puis je te fais confiance, tu t'en sortiras très bien!