dimanche 20 juillet 2008

Vider les placards


Dimanche 13 juillet, saisie d'une frénésie hors saison, je suis partie aux puces avec toute une cargaison de fringues dans les valises. j'ai décidé, ainsi que les vraies fashion addict, qu'à chaque fois qu'une pièce rentrerait dans ma roberie, une autre devrait en sortir. A la différence des Paris Hilton locales, c'est que je m'habille déjà aux puces:-)
Je suis arrivée à 6 heures pétantes, j'ai déballé et j'ai attendu le client (si je puis dire). Résultat des courses, j'en ai vendu pour 39 euros, et si l'on considère que le droit d'entrée est de 15 euros et que mes vêtements se vendent à 1 euro, je n'étais pas si mécontente.
Darling m'ayant rejointe plus tard a été contaminé par le virus et a lui aussi décidé d'inventorier ses placards, darling n'est pas un fou de fringues, alors il a dû vendre d'autres choses.
Lorsque nous nous sommes rendus au vide grenier albénassien, jeudi 17, le bougre a fait un chiffre de 70 euros alors que je stagnais, stoïque, à 3 euros et 50 centimes :-).
Et comme nous avons bien aimé la vente en duo, nous avons réitéré aujourd'hui, mais là, le temps ne nous a guère aidés, la débâcle ! l'orage s'en est venu et nous avons dû remballer rapidos, mais finalement, ça "nous fait la main".
Emballer, charger, décharger, déballer, remballer, recharger, redécharger, redéballer...
A la vitesse à laquelle nous travaillons, il ne serait pas impossible de postuler comme effeuilleurs(euses) au Crazy Horse Saloon.
Le résultat du jour n'est pas à la hauteur de nos efforts, darling a bricolé à hauteur de 30 euros et moi, j'ai culminé à 7,50 euros, mais nous sommes contents et moi plus encore.
Darling m'a invitée au resto hier avec son gain du jeudi, elle est pas belle la vie ?

Pour les touristes et les amateurs, vide-grenier sur le parking de l'enseigne le jeudi des mois de juillet et août de 14h à 20 h et tous les dimanche de 7h à 16h.
je n'ai pas tout vendu si ça vous intéresse ;-)

4 commentaires:

Homer a dit…

Nous allons devenir professionnels du vide-grenier. C'est fou ce que l'on peut accumuler et qui ne sert (à priori) à rien : des robinets, des fèves, un réveil qui ne fonctionne plus, une bouteille de shampooing... et bien d'autres trésors. Je crois que je vais économiser mes sacs poubelles... ;-) Bon, il y a quand même de bons trucs à vendre mais avec la pluie, effectivement, et ce pouvoir d'achat qui stagne, les acheteurs potentiels regardent à deux reprises leur porte-monnaie.

En tous cas, j'ai passé d'agréables moments en charmante compagnie. Nous faisions un bon duo... :-)

je t'embrasse très fort pour cette reprise... :-(

Claudius a dit…

Le problème des vide-greniers c'est qu'il faut résister à la tentation de picorer dans les greniers des autres.

Je danse sur un fil a dit…

Claudius, malheureux, mais ne te rappelles-tu pas de ce que disait Oscar (Wilde) ? : "je résiste à tout sauf à la tentation"
Il ne s'agit pas de résister, tssst, le péché est bien trop doux, mais pour les deux vide-greniers, nous avons été très très sages, ce ne sera probablement pas le cas du prochain qui s'annonce fertile, arf !

Diane a dit…

Ah non on ne peut pas résister si on y va et si on regarde...