mercredi 9 juillet 2008

Pour les liseuses de passage


J'ai au moins trois cents titres de bouquins à lire inscrits sur mon carnet et grâce à qui hein ? Mademoiselle Leil, Lily, les autres, alors, permettez-moi de vous rendre l'appareil, J'ai vu un jour cette petite phrase sur la vitrine d'un magasin qui était sur le point de fermer, le commerçant qui avait maille à partir avec le liquidateur avait écrit une superbe diatribe en employant ces jolis termes.
Donc donc, liseuses de tous pays, si, comme moi, vous aimez les nouvelles, emparez-vous de celles-là !
C'est drôle, enfin, très doux-amer, c'est piquant, saugrenu, ça vous fouaille un bon coup , ça grattouille autant que ça chatouille, c'est caustique, grinçant, et c'est aussi une bonne tranche de vie. Si vous êtes seul(e), si votre papier peint se décolle par lambeaux à cause de l'humidité et si vous êtes sur le point de rompre ou si la rupture est consommée, vaut mieux éviter, quoique...
J'ai une préférence pour les nouvelles intitulées : "Autodafé", "Le jour du saumon", "tu vas me manquer", "label bleu" , "la femme du chien" et "la différence avec Robert".
Une plume cette Danièle, incisive et insolente, mais qui perce avec une incroyable justesse nos travers et les pourfend d'un grand éclat de rire, j'ai vraiment bien aimé.

1 commentaire:

Leil a dit…

Ce sont des nouvelles ?

J'ai un peu de mal avec les nouvelles ... car il me faut un temps certain avant de vraiment entrer dans l'histoire. J'essayerai tout de même : le titre me plaît bien. ;)