dimanche 30 août 2009

La poésie du dimanche

De l'art de manier le subjonctif.Un petit texte que j'adore, d'un très grand auteur.

Complainte amoureuse

Oui dès l'instant que je vous vis
Beauté féroce, vous me plûtes
De l'amour qu'en vos yeux je pris
Sur-le-champ vous vous aperçûtes
Ah ! Fallait-il que je vous visse
Fallait-il que vous me plussiez
Qu'ingénument je vous le disse
Qu'avec orgueil vous vous tussiez
Fallait-il que je vous aimasse
Que vous me désespérassiez
Et qu'enfin je m'opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m'assassinassiez.

Alphonse ALLAIS





7 commentaires:

Virginie a dit…

Honnêtement, j'ai beaucoup de mal avec le subjonctif de l'imparfait, ou je ne sais plus. Je trouve personnellement que ça gâche le poème, qui en soi est beau

Leiloona a dit…

Vi, un classique ! :D

Je danse sur un fil a dit…

moi j'aime bien parce que c'est du Allais pur et qu'au delà du subjonctif, on rigole ;-)

Homer a dit…

C'est à peu près comme cela que je t'ai déclaré ma flamme d'ailleurs... !

Au fait, il allait où Alphonse... ?

Warf !

Mango a dit…

Homer, très romantique et inspiré,je vois! :)
ça fait du bien de rire!

Homer a dit…

Le rire est le propre de l'Homme intelligent. C'est pour cela que nos politiques font très souvent la gueule... !

Ouaaaah ! J'ai les chevilles qui enffffflent !

Diane a dit…

Ahhhhhhhhh vers mes 17 ans je l'adorais et le lisais et le prêtais a mes amis aussi.

C'est donc tellement de souvenirs que tu viens me rappeler, des souvenirs des beaux Arts quand je tentais d'être quelqu'un.

J'ai aussi beaucoup de mal avec le subjonctif de l'imparfait mais il maîtrisait son français le monsieur si drôle.