mardi 15 juillet 2008

Je peux bien dire qu'il fait beau


Le Docteur A était bel homme et son bureau du plus bel acajou, enfin ce que j'en voyais. C'était un bureau immense et confortable sur lequel s'entassaient quantités de revues.
Des livres épars, des pots de crayons, une statuette à l'équilibre aussi précaire que celui des malades qui devaient atterrir chez lui, un pêle-mêle joyeux pour un homme affable.
LE divan était là lui aussi, auguste et légèrement patiné aux points d'appui.
J'ai opté pour la chaise, spartiate, assise étroite, casse-cul austère mais qui maintenait la colonne en direction du ciel et j'ai regardé le tapis sous le bureau, longtemps.
J'ai "aimé" presque tout de suite le Docteur A, sans faire de transfert, il gardait la distance nécessaire derrière ses lunettes et son sourire et puis je n'avais pas que cela à faire, j'avais des chats à fouetter, c'est de chats d'ailleurs, que je lui ai parlé à notre troisième rendez-vous.
"Voyez-vous, mon père avait toujours une moyenne de 10 chats à la maison"
- hmmm !
- c'est pour cela que je n'ai pas pu rester à la maison,
- hmmm !
- je suis allergique aux poils de chat, vous comprenez ! (avais-je mis là un point d'exclamation ou un point d'interrogation ?)
- je comprends, a-t-il dit, je comprends très bien.
- alors, puisque je ne pouvais pas rester à la maison, je suis partie vivre ailleurs, ma santé s'était tellement dégradée que j'étais quasiment mourante,
- hmmm !
- et c'est grâce à mon allergie que j'ai eu une enfance heureuse, sinon, je n'aurais pas eu le temps de l'apprécier, je serais morte,
- hmmm !
- et mon père était soulagé,
- ah ? dit-il, se fendant d'un étonnement opportun,
- oui, il était soulagé parce qu'en me confiant à ma tante, il pouvait garder ses chats...
- bien sûr !

Qu'est ce que j'ai dit ce jour là qui m' a explosé à la gueule ?
La vérité toute nue, emballée précieusement sous des papiers dorés, empaquetée de bolduc brillant, constellée de petites étoiles, une vérité de quarante ans qui n'avait pas pris un gramme de poussière.
Je suis un échange fructueux, une petite fille malade qu'on troque à une tante stérile, une petite fille déplumée dont la mère est partie, où ? il me faudra encore près de quinze ans pour apprendre les origines de l'histoire.
Un petite fille qui n'arrive pas à respirer et plonge son père dans des abîmes de perplexité, le pauvre, toujours sur les routes à gagner la pitance de sa marmaille et qui ne puise son réconfort que dans la toison soyeuse de ses chats.
Des chats qui ronronnent d'aise et ne portent aucun jugement, reconnaissants même, pas comme ses enfants, si prompts aux procès lapidaires.
La petite fille ne lui fera pas de procès, il y veillera, il la gâtera, la chérira de loin, lui enverra des cadeaux, des chèques plus tard et quelques lignes avec un paraphe dessiné, la petite fille sera sa gloire aux longs cheveux qu'il s'enhardira même une fois à caresser, oh la brûlure qu'il a dû ressentir ce jour-là.
Je suis bien le fruit d'un marché, je l'ai toujours su je crois, je ne l'avais jamais formulé en prenant le soin de détacher les syllabes, ça a résonné dans ma tête et m'a laissée tout étourdie.
Avais-je des regrets ?
Non, pas l'ombre d'un seul, lui en voulais-je ? non plus !
J'aimais toujours autant les chats, osant parfois des caresses appuyées jusqu'à sentir mes yeux se voiler et renifler mon nez.
Le docteur A ne m'avait pas réellement dit grand chose si ce n'est son laconique "bien sûr !", il avait ôté ses lunettes et me regardait pour vérifier si la bombe que je venais de poser sous mon pied allait exploser.
Elle n'a pas explosé "bien sûr !", il y avait prescription.
J'avais été une petite fille malade et puis une petite fille heureuse malgré l'échange, je connaissais l'autre solution possible, mais elle aurait exigé du père une amputation pour laquelle aucun appareillage n'était possible, alors que moi, j'avais grandi, solidement arrimée, avec l'amour comme tuteurs.
Le père, lui, n'avait que sa dizaine de chats.

Quelques séances plus tard, alors que je m'égarais en digressions "danses du voile", le Docteur A voulut savoir pourquoi j'insistais tant sur le fait que seuls les aînés avaient "trinqué" ( ce qui était le cas, deux s'étaient mis à boire). Le Docteur A me mettait au supplice, je n'avais pas souffert lui répondais-je, je m'emberlificotais dans mes réponses, "je" étais la dernière du clan, la "petite", loin des guerres, "je" avais été tellement choyée, abritée, aimée, "je" ne croyais pas avoir souffert un seul instant.
Le verbe croire est prétentieux, je l'ai appris plus tard, il n'est qu'un fard de synthèse, lorsqu'il n'est pas chargé de la plus infime des molécules, celles qui font la foi, mais je croyais cependant et j'achoppais ferme.

Mais puisque l'amour ne s'achète, ni ne s'échange, pourquoi alors, ai-je encaissé les chèques ?



Oh, Monsieur Aragon, je peux bien dire qu'il fait beau.


1 commentaire:

leschatsdumaquis a dit…

Je me demande bien pourquoi je creuse ton Sol ; c'est curieux cet "aimant" (...) que tu as collé sur ta bannière...

Je parcours tes pages et tombe sur CET article, sur une petite clef ; l'allergie karmique...

Que ta nuit soit douce.

Rose